Chassé-Croisé

07 août 2010

TOURBILLON

Les mots jaillissent comme retenus  trop longtemps prisonniers. Je les admire les mots, les guette, les bouscule, les caresse. Facétie des mots qui  charme les lettres. Mots imprévisibles qui sautent, rebondissent. Je les saisis au vol avant qu'ils ne s'échappent.  Il est des mots si raffinés, si séduisants que je les voudrais tous à moi. Il est des mots si brillants, si lointains que je voudrais tous les connaître. Un mot s'invite et la phrase abandonne son idée. Un mot s'enfuit et la phrase se perd. Miracle du mot qui jongle avec le sens. Mots généreux, trompeurs, ils sont d'hier et d'aujourd'hui à force d'être malmenés. Indiscrets, magiques, ils libèrent la vie avec impatience. Infatigables, insatiables, ils ne démissionnent jamais. Fiers, élégants, ils aiment se mettre sur leur trente et un. Et permettez moi de vous dire très orgueilleux les mots qui se savent immortels !

Posté par dugom à 15:22 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


20 juillet 2010

L'ENFANT DU DANUBE

photo

L’Enfant du Danube nous raconte la vie du jeune Béla livré à lui même dans la hongrie misérable des années 1920 et 30. Béla abandonné par sa mère qui n'a jamais voulu de cette grossesse. Béla qui vit une enfance de grande pauvreté dans un petit village de campagne avec sa tante Rozika vieille prostituée. Béla qui à 14 ans, plein de courage et de détermination, part retrouver sa mère à Budapest. C'est le début de longues péripéties pour ce jeune garçon qui va avec elle connaître la faim, la misère des lointains faubourgs de cette grande ville et essayer de survivre en trouvant un travail de liftier dans un grand hôtel de Budapest. Il découvrira la richesse, le luxe et la corruption dans ce palace, l'amour à travers une aventure avec une américaine. Confronté à l'injustice, à l'humiliation et la cruauté des usuriers, Béla sera témoin de toutes les turpitudes d'une société mais apprendra aussi la vie

 

 

Janos Székely est un auteur hongrois né en 1901 à Budapest mais qui s'est réfugié en Amérique pour fuir le régime communiste. C'est d'ailleurs dans ce pays que paraîtra ce livre en 1946 mais écrit sous le pseudonyme de John Pen.

Ce long roman de 800 pages, qui nous plonge dans la misère des bas-fonds de la capitale hongroise, me fait inévitablement pensé à l'oeuvre de Dickens. Janos Székely nous livre en même temps qu'un récit en partie autobiographique un véritable roman  historique.

Que le grand nombre de pages ne vous empêche pas de lire ce livre " coup de coeur " très bien écrit et plein de vitalité.

 

Posté par dugom à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2010

ASPHALTE

Nuits souterraines, quartiers troubles, boulevards des bavures, bars de l'ennui 

Mélasse des vapeurs d'alcool, ivresse, misère, solitude 

Ecorchés, camés, travelos, prostitués, égarés 

Somnambules hagards, vagabonds angoissés, femmes fardées 

Nuit racoleuse, amours faciles, amours féroces, amours fantômes 

Errance toujours plus loin, toujours ailleurs, cavale sans issue, inutile 

Souffrance sous les toits, sous les porches, sur les trottoirs 

Rides, cicatrices, blessures, larmes, mains tendues 

Trafic, haine, détresse, folie, vertige, coups ......... sirène de flics

 

Posté par dugom à 16:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 juillet 2010

SANDOR MARAI

SANDOR MARAI est un écrivain hongrois majeur né en 1900 dont la vie a toujours été liée aux soubresauts de l'histoire de son pays. Après l'arrivée au pouvoir d'un régime communiste, Sandor Marai sera qualifié d'auteur bourgeois. Dans plusieurs de ses livres, il racontera les pertes de libertés politiques, culturelles et spirituelles et surtout il décrira la terreur qui s'est installée en Hongrie. Antifasciste, il sera obligé de s'exiler dans différents pays notamment les Etats Unis où il finira par se donner la mort en 1989. Il est resté un écrivain non publié en Hongrie jusqu'en 1990, année où son pays lui décernera le prix Kossuth qui est la plus haute distinction hongroise.

Quelques titres de cet auteur :

Mémoires de Hongrie

L'Héritage d'Esther

Les confessions d'un bourgeois
Les révoltés
Les braises
Libération
Métamorphoses d'un mariage
Le premier amour
Le miracle de San Gennaro

Si vous ne connaissez pas encore l'oeuvre de Sandor Marai, lisez vite ses livres qui sont tous des petits bijoux de finesse et de subtilité.

 

L' Héritage d'Esther (écrit en 1939)

Esther, femme d'un certain âge, vit dans une maison en ruine et dans une grande solitude dont elle s'est fait un rempart. Soudain, vingt ans après leur rupture, revient Lajos ce séducteur dont elle n'a jamais oublié le charme, la légèreté mais aussi les trahisons. Lajos est un escroc mais il est surtout le seul homme qu'elle n'ait jamais aimé. Ce livre est un face à face dramatique entre Esther ignorante et résignée et Lajos l'insaisissable qui va lui voler ce qu'il lui reste de son coeur et de ses biens.

L' écriture sobre et ciselée et les dialogues incisifs font de ce court récit un véritable chef-d'oeuvre.

Ce livre a été mon premier coup de coeur. 

Posté par dugom à 22:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2010

Septembre, Budapest

Je le regardais  fascinée, son visage était illuminé par un émoi intérieur
L'allegro de la mélodie s'échappait de sa bouche silencieuse
Sa main  voguait pleine d'entrain et de gaieté
Cet homme,  qui rêvait les yeux mi-clos, vivait un moment subtil et délicieux
Je tendais l'oreille pour capter cette étrange tension
J'épiais cette complicité unique entre lui et les notes
Je palpais l'insaisissable caché loin derrière une phrase musicale
Je me laissais porter par ce mystère et voulais garder ces instants permanents

Posté par dugom à 18:13 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :