30 juin 2010

Septembre, Budapest

Je le regardais  fascinée, son visage était illuminé par un émoi intérieur
L'allegro de la mélodie s'échappait de sa bouche silencieuse
Sa main  voguait pleine d'entrain et de gaieté
Cet homme,  qui rêvait les yeux mi-clos, vivait un moment subtil et délicieux
Je tendais l'oreille pour capter cette étrange tension
J'épiais cette complicité unique entre lui et les notes
Je palpais l'insaisissable caché loin derrière une phrase musicale
Je me laissais porter par ce mystère et voulais garder ces instants permanents

Posté par dugom à 18:13 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Septembre, Budapest

    je le vois à travers te yeux, magique... Bravo!

    Posté par Maria O, 30 juin 2010 à 20:47 | | Répondre
  • BUDAPEST

    COMMENT OUBLIER UNE TELLE EMOTION SI BIEN CONTEE....

    Posté par BIBI A BELET, 30 juin 2010 à 22:33 | | Répondre
  • que c'est beau...

    et à ce moment là la terre s'est arrêtée de tourner...
    dis, encore une histoire,...

    Posté par fafa, 02 juillet 2010 à 14:06 | | Répondre
  • Un certain week end ....

    et pendant ce temps, qui ne vivait pas un moment subtil et délicieux ? une certaine amie qui s'inquiétait pour toi .....
    Ton texte est très beau
    mcg

    Posté par Marieg, 03 juillet 2010 à 16:40 | | Répondre
  • La musique du cœur

    Mélodie de la passion symphonie de l interdit

    Posté par Misstoc, 03 juillet 2010 à 21:30 | | Répondre
  • c'est beau, tout simplement BEAU .... mystérieux et tellement plein d'émotion

    Posté par corscia, 14 juillet 2010 à 16:35 | | Répondre
  • Budapest

    on aimerait connaître émoi intérieur de cet homme, son étrange tension , cette complicité entre lui et les notes? On aimeraît aussi connaître celle qui a si bien décrit le mystère de cet impalpable et de cet insaisissable ...bravo à vous deux

    Posté par micha, 09 septembre 2010 à 23:54 | | Répondre
Nouveau commentaire